Constatation personnelle

Sans aucun jugement de ma part, je me rends compte depuis quelque temps, de la différence qui existe entre un salarié et un indépendant et rien que ces termes ont toute leur signification.
Être salarié, c'est comme une appartenance, être entrepreneur, c'est se libérer en supportant la responsabilité de ses actions....et de son choix
J'ai moi-même été salariée pendant de nombreuses années dans le service public et privé comme une âme en peine et en manque de passion sauf lorsque j'ai repris mes études pour travailler dans le milieu hospitalier ou c'était un rêve de jeune fille mis sous clé.
Et il en faut de l'amour, de la passion, de la force physique et psychologique pour travailler non pas au service des malades mais de l'entreprise déshumanisée qu'est devenu l'hôpital, ce qui retient, c'est ce don d'aider la personne à retrouver sa santé et son autonomie et le réel échange qui s'établit.
Mais revenons à nos moutons.
Le salarié travaille en attendant la fin de mois pour toucher un salaire qui, il en est convaincu, lui permettra de vivre convenablement ou tout au moins de régler ses factures.
Il court après le temps car bien souvent, tout est englouti dès la rentrée sur le compte bancaire, mais le crédit existe!
C'est comme la carotte donnée à l'âne
L'entreprise pour lequel il travaille fournit à son salarié, le poste, le statut, la sécurité financière et matérielle, quelques avantages avec le comité d'entreprise et le droit à une retraite bien méritée si toutefois celui-ci  arrive à ce stade au meilleur de sa forme.
C'est alors qu'il se rend compte qu'il 'a subi sa vie au lieu de la vivre
C'est comme un appât, un rouage bien réglé, on nous fait croire depuis notre plus jeune âge, que le petit d'homme doit apprendre les règles ordonnées par les institutions étatiques et religieuses pour devenir un bon élève, un bon bachelier, un bon salarié...un bon citoyen 
Tout ceci n'est que pur formatage et croyance bien ancrée dans nos sociétés, car en retour du salaire perçu, le travailleur, sera dans l'obligation d'obéir aux lois de la compétitivité entraînant stress, burn -out et suicide, réalité bien souvent étouffée par la peur de tout perdre,sa crédibilité, sa fierté, sa respectabilité et que sais je?
Notre vie est robotisée par les actionnaires et les technologies qui ne nous demandant pas d'aimer ce que l'on fait, de penser nos actions au titre de l'appât du gain sans lequel, on nous fait croire, nous ne pourrions vivre.on ne sait faire autrement, la peur et non l'amour dirige nos vies.
Nous sommes enchaînés pour une vie de labeur, là est notre destinée.
Comment ce même salarié pourrait il comprendre l'entrepreneur indépendant? 
Quitter le salariat est dans la plupart des cas un choix conscient et avisé pour devenir son propre patron, pour mettre son projet à exécution, c'est vouloir tout mettre en oeuvre pour vivre de sa passion, qui peut être florissante à tout point de vue pour enrichir sa vie 
Il a le pouvoir de décider, de faire ce que bon lui semble pour voir prospérer son affaire ou pas ce n'est pas travailler mais honorer sa passion
Mais soyons honnête, cela demande de la motivation, un investissement de temps, de trésorerie, d'actions justes, de créer du relationnel, de se renouveler sans cesse ...
Et bien sûr, comme l'un ne va pas sans l'autre, il y a les lourdes charges à payer, la non reconnaissance du statut au sein des institutions financières et autre...
Et c'est là ou je veux en venir, le chiffre d'affaires et un salaire fixe ne sont  pas assurés et souvent fluctuants selon l'activité, alors oui le stress est aussi omniprésent mais c'est un choix que nous seuls avons pris et il nous faut l'assumer
Mais au delà de ces épreuves, il y a cette liberté de faire et de penser par soi-même..et puis dans la vie on n'est jamais sûrs de rien mais le jeu en vaut la chandelle
On vit en fonction de nos moyens alors à vous mes ami(e)s, à vous les salariés soyez indulgents et compréhensifs car il a fallu cette reconnaissance en notre potentiel, en notre force intérieure pour en arriver là.
Peut être que demain ce sera vous l'entrepreneur....je vous le souhaite
Bien à vous
Marie

Enregistrer un commentaire